Accélération de la croissance démographique au Québec en 2016

13 décembre 2017

La population du Québec a augmenté de 68 500 personnes en 2016, pour atteindre 8,4 millions d’habitants. Le taux d’accroissement annuel est de 8,2 pour mille (0,82 %), comparativement à 6,0 pour mille en 2015. Le rythme de la croissance s’est accéléré en 2016, alors qu’il avait graduellement ralenti depuis le sommet de 11,0 pour mille enregistré en 2009. L’accroissement naturel est de 22 800 personnes (naissances moins décès) et l’accroissement migratoire est de 33 600 personnes (en combinant les entrées et les sorties internationales et interprovinciales). À cela s’ajoute une hausse de 12 100 résidents non permanents. Les données des six premiers mois de l’année 2017 montrent que l’accélération de la croissance démographique se poursuit. Ces résultats sont tirés de l’édition 2017 du Bilan démographique du Québec publié par l’Institut de la statistique du Québec.

Naissances et décès

Le nombre de naissances est estimé à 86 400 en 2016, soit 400 de moins qu’en 2015. L’indice synthétique de fécondité s’établit à 1,59 enfant par femme. L’indice s’était maintenu au-dessus de 1,6 enfant par femme de 2006 à 2015. Il recule d’année en année depuis le sommet de 1,73 enfant par femme enregistré en 2008 et en 2009. La fécondité au Québec est légèrement supérieure à la moyenne canadienne depuis 2006.

Le nombre de décès est estimé à 63 600 en 2016, soit 800 de moins qu’en 2015. Ce résultat à la baisse va à l’encontre de la tendance générale à la hausse associée au vieillissement démographique. Il est notamment à mettre en lien avec une saison grippale moins sévère que celle de l’année précédente. La diminution du nombre de décès fait que l’espérance de vie atteint de nouveaux sommets : 80,8 ans chez les hommes et 84,5 ans chez les femmes.

Migration internationale et interprovinciale

Le Québec a accueilli 53 250 immigrants en 2016, en hausse comparativement à 2015 (49 000) et à 2014 (50 300). La Syrie (10,4 %) arrive au premier rang des pays de naissance des nouveaux arrivants de 2016, suivie par la France (8,7 %) et la Chine (8,6 %). L’émigration internationale est estimée à 7 600, ce qui fait que les gains migratoires internationaux nets sont de 45 650 personnes. De plus, le nombre de résidents non permanents (travailleurs temporaires, étudiants étrangers et demandeurs d’asile) s’est accru de 12 100 personnes en 2016, la plus forte hausse depuis 1988. Les premiers mois de 2017 annoncent une augmentation encore plus forte, en lien avec une hausse des demandeurs d’asile.

Le Québec enregistre des pertes dans ses échanges migratoires interprovinciaux. Le solde des échanges migratoires avec les autres provinces est estimé à – 12 050 personnes en 2016. Il s’agit d’un résultat moins défavorable que celui ayant été observé au cours des trois années précédentes (autour de – 14 000 par année). Les pertes avec l’Ontario demeurent fortes, tandis que celles avec l’Alberta se sont considérablement réduites.

Structure par âge et sexe de la population

En 2017, les jeunes de moins de 20 ans représentent 20,6 % de la population québécoise, les personnes de 20 à 64 ans en constituent 60,9 % et celles qui sont âgées de 65 ans et plus comptent pour 18,5 %. Le vieillissement démographique se poursuit, et la part des personnes de 65 ans et plus est plus élevée au Québec que dans les provinces canadiennes des Prairies (entre 12 et 15 %), en Ontario (17 %) et aux États-Unis (15 %). Elle est toutefois moins grande qu’au Japon (28 %), en Italie (22 %), en Allemagne (21 %) ou encore dans les provinces de l’Atlantique (19 ou 20 %). Elle est semblable à celle de la Colombie-Britannique, de la France et du Royaume-Uni.

Mariages et situation conjugale

Le nombre de mariages est estimé à 21 950 en 2016, soit 500 de moins qu’en 2015. La propension à se marier, déjà très faible, diminue encore légèrement, si bien que selon les paramètres actuels de nuptialité, seulement 27 % des hommes et 29 % des femmes se marieraient au moins une fois avant leur 50e anniversaire. En 2016, 56 % de la population québécoise de 15 ans et plus vit en couple, soit 22 % en union libre et 34 % au sein d’un couple marié. Parmi l’ensemble des personnes vivant en couple, l’union libre domine chez les plus jeunes, alors que les couples mariés prévalent au-delà de 40 ans.

Bilans régionaux

L’édition 2017 du Bilan démographique du Québec inclut des fiches régionales offrant un aperçu de la situation démographique récente dans chacune des 17 régions administratives du Québec.