Attribution de contrat : Labbé place la barre haute

30 septembre 2017

 

Même si les ordonnances de la loi 122 soustraient Cowansville l'obligation de tenir des appels d’offres dans l’octroi des contrats de 100 000 $ et moins, l’aspirante à la mairie Corinne Labbé compte veiller au grain.

Lors de son point de presse de vendredi le 29 septembre, devant l’édifice de l’Hôtel de Ville, Corinne Labbé place la barre plus haute quant à l’octroi, de gré à gré, des contrats donnés par la ville.

Dans un contexte d’une gouvernance qui fait appel à plus d’autonomie et de pouvoirs accordés aux municipalités, par le gouvernement Couillard, madame Labbé soutient que la responsabilité de son administration sera de maintenir le cap sur la vigilance dans l’achat et l’approvisionnement de biens et de services.

Un coup élu mairesse, elle tablera sur trois mesures qui feront appel notamment à l'évaluation des contrats par des fonctionnaires de la Ville,  sur les règles déjà implantées lors de l’étude des offres de services professionnels tout en introduisant la norme anticorruption en vigueur depuis octobre 2016, à l’instar des villes de Chambly, Repentigny et Brossard, pour ne pas être aux prises avec cette maladie de gouvernance.

«Personne n’est à l’abri de la collusion et de la corruption et nos outils de surveillances seront établis dans les  plus hauts standards» soutient l’aspirante à la mairie de Cowansville.

Madame Labbé actualisera donc ces politiques dès le premier trimestre de son mandat en 2018.

Enfin, la loi 122 soustrait aussi l’obligation par les municipalités de tenir des référendums,« cela sera traité là aussi » ajoute Corinne Labbé.

 

https://youtu.be/YHQktDGBKvE?list=UUw0Z_mPuQxO-NkY1dH8ycog