Espace Vivant : « On travaille sur l’approche globale »

15 juin 2017

Offrir un accueil psycho sociale à une jeunesse en difficulté, c’est la mission que se donne quotidiennement, depuis les dix dernières années, Espace vivant /Living room de Cowansville.

La nécessité de devoir quitter un milieu familial éclatée, c’est sur une base volontaire que les jeunes de 12 à 17 ans demandent qu’on leur accorde une période de répit en hébergement afin de reprendre le souffle de leur vie. « On les prend où ils sont rendus et on les accompagne là ou ils veulent aller nous dit Paule Dalphon, coordonnatrice économique au Regroupement des Auberges du cœur du Québec, auquel est rattaché Espace Vivant, qui favorise le retour possible du jeune à la maison

Hébergé dans une deuxième résidence, Espace Vivant offre aussi du post hébergement en appartement supervisé pour les jeunes âgés de 16 à 22 ans. Des intervenants les accueillent en amont d’une chute psycho sociale que constitue souvent la menace de l’itinérance et l’isolement.  

En raison d’une prise de conscience et du désir volontaire du jeune en difficulté de frapper à la porte d’Espace Vivant, aucun jugement ne s’applique sur la personne.

Un simple diagnostic sur le parcours présent chez chaque jeune et sa perspective d’avenir, deviennent la matière première sur laquelle le travail dans la prise en charge de son quotidien doit se faire.

Cependant, certaines conditions s’appliquent lors de l’admission en hébergement, notamment sur le plan santé et judiciaire.

Par une série de services adaptés, Espace Vivant fait le relais avec les ressources du milieu pour favoriser la croissance de la personne. 

« On travaille sur l’approche globale » nous dit Paule Dalphon des Auberges du cœur du Québec et Maxime Rainville coordonnateur de la maison Espace Vivant / Living Room.

 

https://youtu.be/BisNVeM1-IM