Le français recule, l’anglais progresse en Estrie

03 août 2017

La Société nationale de l'Estrie dénonce la chute libre du français partout au Canada.

Suite à la publication des résultats linguistiques du recensement 2016 sur l’usage du français dans la sphère privée, la population ayant l’anglais comme langue maternelle a augmenté entre 2011 (13,5 %) et 2016 (14,4 %).

De plus l'augmentation de la maîtrise des deux langues officielles est surtout attribuable aux francophones en Estrie qui poussent la courbe du bilinguisme vers le haut.
Selon la SNE, souligne que les chiffres le confirment et l'Estrie n’échappe pas à cette tendance sibien que le pourcentage de francophone accuse un recul passant de 89,4 % en 2011 à 88,1% en 2016.

Chez les anglophones, le pourcentage serait passé de 4,9% en 2011 à 5,4% en 2016.

Sur le plan démographique l’augmentation chez les francophones à Sherbrooke ne serait que de 3,6%, alors que les anglophones auraient connu une hausse de 15,5%, donc de quatre fois supérieure.

La SNE demande au ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française et député de Sherbrooke, M. Luc Fortin, qu’il prenne acte de ces chiffres afin de mettre sur pied des mesures concrètes pour contrer cette tendance au Québec et en Estrie.

Sur une note plus positive, on se réjouit que la population ait augmenté à Sherbrooke et en Estrie entre 2011 et 2016, ce qui serait un signe du dynamisme de la région et de sa volonté d’accueil.